Les fleurs femelles du cannabis se reconnaissent facilement à leurs petits filaments blancs. Les premiers pistils font leur apparition à l’aisselle des feuilles. Ils émergent au nombre de deux dans chaque calice. Les calices sont ces petites enveloppes qui contiennent les fleurs – par conséquent les pistils dans le cas d’une fleur femelle – et qui sont situées de part et d’autre du point d’insertion des bourgeons de branches latérales, juste derrière les stipules (sorte de petits aiguillons).

À l’inverse, la plante mâle ne présente pas de filaments blancs sur ses fleurs. Elle est donc facile à distinguer de la plante femelle. La fleur mâle élabore des petites boules qui sont plusieurs à pendre accrochées par un même pédoncule. Au bout d’un certain temps après le début de la floraison, les boules s’ouvrent et laissent apparaître une grappe d’étamines dont les anthères – petits sacs contenant le pollen – prennent la forme de petites bananes. Celles-ci s’ouvriront à leur tour en fin de floraison, laissant s’échapper le pollen destiné à fertiliser les fleurs des plantes femelles en se posant sur leurs pistils.


Au tout début de la floraison, les calices pistillées (fleurs femelles) et les calices staminés (fleurs mâles) ont la même apparence car ils ne mesurent pas plus d’un millimètre et ne laissent pas encore voir leur contenu – deux pistils ou une grappe d’étamines? Mais à y regarder de plus près, vous distinguerez vite les uns des autres par le fait que chez les plantes mâles, le calice s’éloigne de l’aisselle, suspendu au bout d’un petit pédoncule et se démultiplie en formant plusieurs petites boules. Inversement, un calice contenant une fleur femelle reste bien niché dans l’aisselle et au bout d’un certain temps, une fois qu’il est suffisamment développé, laisse apparaître les deux filaments blancs formant le pistil. Aussi, si l’observation minutieuse révèle des petites boules émergeant du calice, il y a de grandes chances pour que vous soyez en présence d’un spécimen mâle.
Par cette observation des calices, il est possible de déterminer à un stade relativement précoce quelles sont les plantes mâles et de les arracher pour laisser plus de place et de ressources au développement des femelles. Il existe aussi des plantes de cannabis qui portent à la fois des fleurs mâles et des fleurs femelles et que l’on appelle hermaphrodites □. Parmi ces (fausses) hermaphrodites, on distingue trois cas: certaines plantes ont 90% de fleurs mâles et seulement 10% de fleurs femelles, d’autres ont 90% de fleurs femelles et 10% de fleurs mâles et d’autres encore ont 50 /50. Pour celles dont 90% des fleurs sont femelles, on peut se contenter de retirer les fleurs mâles à la main et procéder par la suite à une récolte en bonne et due forme des fleurs restantes — non fertilisées et donc exemptes de graines. Si toutefois on décidait de garder les fleurs mâles de cette “hermaphrodite” à 90% femelle, on pourrait par la suite récolter leur pollen pour fertiliser des fleurs femelles dont les graines seraient alors pratiquement toutes femelles.